Alors  que  des  départementeurs  ont  retrouvé leur  conscience  et  la  raison , certains  pataugent encore dans  l’illusion qu’ils  se  font  du  département .

Sous  l’apparence  de  modernité , ils  sont  en  réalité  les  plus  archaïques et les plus  attardés de la société mahoraise .

Ils  continuent  à  pratiquer  la  troque  d’un  genre  particulier :

 

Ils  troquent  leur nom, leur  prénom , leur personnalité  ,leur  identité  , leur  religion, leur métier… contre un  vil  prix : le  département , l’espoir d’argent facile .

Aveuglé par le désir de  toujours s’enrichir , ils ne se rendent même pas compte  que  si  leur situation actuelle à Mayotte est un peu meilleure , ce n’est pas  à cause du département mais au contraire à cause de la situation particulière de Mayotte , de la spécificité dont l’île bénéficie .

Si elle était alignée aux normes départementales depuis tout le temps que les départementeurs le réclament, quels  mahorais  auraient été instituteurs, infirmiers, avocats, huissiers, entrepreneurs, commerçants… ?

En réalité très peu si  non  personne !

 

L’expérience de collectivité départementale s’est avéré être un échec cuisant !!

Tout ce beau monde a profité de cette situation particulière, de ces spécificités, pour se faire faire un métier, se faire embaucher dans le public ou dans le privé pour la plupart sous la collectivité territoriale. Les entreprises, commerces, et autres services  qui  les emploient, ont eux-mêmes bénéficié de certains privilèges spécifiques pour s’installer, importer, embaucher …

La collectivité elle-même, les communes et autres syndicats ont également bénéficié des particularités et des spécificités pour fonctionner.

Ces individus ne voient pas tout ça.

 

Et dès qu’ils sont un peu riches, ils ne voient que la suppression des particularités, des spécificités, notamment du droit local.

C’est comme s’ils fermaient la porte pour empêcher d’autres d’être un peu riches comme eux. C’est le cas des syndicats d’instits, de taximen…qui en réclamant le concours national, ont fermé l’accès à ces métiers aux jeunes mahorais car ils sont moins préparés que les métropolitains, pour passer les examens d’entrée.

 

Voici un huissier qui suit leur mauvais exemple !

Quelle ingratitude ! Quel complexe !

 Oui, ignorants et complexés, beaucoup d’entre eux, renient ce qu’ils sont comoriens musulmans  et ils imitent le français non musulman en voulant changer de nom, de statut…alors qu’ils ont les plus beaux noms et le plus parfait statut , de musulman .

Moussa M’colo  Assani est devenu Georges  Nahouda.

 Ils suivent l’exemple de ce genre de mec.

C’est la honte territoriale !!

 

A L’évidence, il ne faut pas compter sur ces gens là pour défendre leurs propres intérêts corporels et professionnels, et surtout pas pour défendre les intérêts des Mahorais, de Mayotte et de la Région.

Ils agissent en mercenaires. Au vu d’argent, ils sont prêts à tout troquer et à tout sacrifier même leur propre vie.

Ces gens là ne voient pas plus loin que leurs propres titres et leurs propres poches et sont prêts à s’allier avec les diables : les colons, les racistes, les esclavagistes…

OBI            

Top
Nous utilisons les cookies pour améliorer notre site Web. En continuant à utiliser ce site, vous consentez aux cookies utilisés. En savoir plus…